Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A bas la chasse

par petite planete 19 Mai 2010, 05:59 Jardin des Impressionnistes

 P1000157g 

http://www.dailymotion.com/video/x7inum_radio-robert-lamoureux_fun

 

LA CHASSE AU CANARD

Oh ! A la maison on a eu un truc terrible. On a reçu un canard vivant à la maison. On l’a reçu un dimanche matin.

Oh ! ben Maman a dit : « on va pas le tuer aujourd’hui, on va le laisser trotter jusqu’à demain matin et pis demain matin on l’aura sous la main ».

Alors le Lundi matin, le canard était toujours vivant.
On peut pas le retrouver, on l’cherche partout, il était monté sur le buffet dis donc, tout là haut sur le buffet de la salle à manger alors Papa il a dit : «

C’est pas dur, c’est ben simple je sais pas comment il a fait pour monter là haut mais je vois bien comment nous on va faire… y a qu’a mettre la table, sur la table on mettre une chaise, sur la chaise on mettra un banc et on mettra même un bottin sur le banc et moi je monterai sur le bottin ».


Moi je me suis dit : « C’est peut-être la bonne qui va monter », maman a pas voulu et c’est là que le drame a commencé parce que c’est Papa qui est monté, enfin je ne sais pas pourquoi je dis « il est monté », c’est une façon de parler parce qu’on a tous eu l’impression qu’il passait plutôt son temps à descendre ! des fois il est tombé avant de monter sur la table, des fois, quand la chaise a été sur la table, Papa est monté sur la chaise, c’est là qu’il a commencé son numéro de voltige, avec accessoires et double saut périlleux carpé, alors là ça été émouvant on sentait bien qu’il allait se passer quelque chose mais on pensait pas que ce serait aussi grave.

Remarquez, de la façon dont il s’y prenait, c’était forcé qu’on le ramasse à un moment ou un autre, mais même un gars du métier aurait jamais pu penser que ça irait si vite.
Alors il a d’abord fait un rétablissement sur le dossier de la chaise avec menton dans un barreau. Extension de la jambe droite et recroquevillement du mollet autour du bras gauche, ça ça a été sensationnel, et tout de suite après, glissade sur les rotules avec tournoiement dans l’air et réception au tapis avec mâchoires sur le radiateur, c’était fantastique.

Ça c’était que le début ça, et quand le soir, vers 5 heures, on a mis la chaise sur la table, le banc sur la chaise et Papa sur le banc, il y a eu un moment de silence, et quand Papa a dit : « vous allez me passer le bottin » , « de quelle année ? » qu’elle lui a demandé Maman, « alors passe moi celui de 50, parce que celui de 49 il manque 3 pages et ce serait trop juste ! » ça vous prenait là ! Ce monument que ça a été.

 

Ce qui a foutu tout par terre c’est que chez nous, c’est pas haut de plafond et quand le vieux c’est relevé en disant :

« ça y est » PAF, y a eu comme un bruit de DCA avec chute d’un avion lourd de B212 et alors là… si Papa s’était pas accroché au buffet, y aurait eu que demi-mal, vu que des suspensions, on en trouve encore et que des glaces de dessus de cheminée, on en trouve avec les bons de la semeuse, mais le fait était là et le pire, c’est que nous, on a rien vu du tout parce que quand il est tombé, on était tous rentrés dans le buffet, Maman était juste là où y avait les raviers et la bonne s’était fourrée la tête dans le tiroir, là où y a les quittances et moi j’étais dans le haut avec ma timbale en zinc de 1ère communion… un machin extraordinaire.


Toujours est-il que le mardi matin, le canard était toujours vivant, « alors là, maintenant, y a plus de gants à prendre avec le canard » qu’il a dit Papa « je vais chercher la hache à fendre les bûches ».

Alors là, on a senti dans l’immeuble qu’il y avait comme une odeur de sang et y en a eu du sang, y’en a eu quand il l’a laissé tomber sur le pied de Maman, y’en a eu quand il a filé l’manche dans l’œil à la bonne et y’a failli en avoir parce que moi j’ai vu passer la hache au moment où il a tapé sur le canard… le canard en plâtre, un faux qu’on avait sur une cheminée, à ce moment là, la hache s’est démanchée et j’ai vu le coin qui m’est passé à 3cm de l’œil droit et il est rentré dans le baromètre. Vous dire quelle atmosphère qu’y avait à la maison, c’était cornélien.

Enfin, le jeudi matin, le canard était toujours vivant, remarquez moi je sais ce qui c’est passé à ce moment là, « y a plus qu’une chose à faire » qu’il a dit Papa « je vais chercher le fusil ! »

 

«Non » qu’elle y a dit Maman, qu’elle avait déjà vu les horreurs de la guerre « laisse moi embrasser mon fils » qu’elle a dit avant de se glisser sous la bibliothèque.

Alors là Papa il a mis 2 cartouches dans le fusil, 21 dans sa bandoulière et 18 dans la poche de son pantalon.
Comme atmosphère s’était sensationnel, aux 15 premiers coups de fusil, alors là les 15 premiers coups de fusil ça a fait un scandale… du côté canard y’a rien eu, mais à chaque coup de fusil y a quelque chose qui tombait, on se serait cru dans une baraque foraine à la foire du Trône, c’était extraordinaire. Vous pensez que nous on voyait rien à cause de la fumée, mais on sentait qui s’passait quelque chose d’anormal à la fin quand Papa avait épuisé ses munitions.

Il a ouvert la fenêtre, c’était pas la peine qu’il ouvre la fenêtre vu qu’il avait viré tous les carreaux dés le début.

Et le vendredi matin, le canard était toujours vivant.
Alors là, Papa à dit : « je vais faire appel à des chasseurs !»
14 qu’il en est venu, ils ont mis la hausse sur le fusil, ils ont coincé le canard sous l’évier et ils ont tiré tous les 14 ensemble, à 70cm de l’évier ça faisait 28 balles qui sont partis d’un seul coup et le seul qui a pas pris de plomb dans les pieds, c'est Papa. Il en avait plein les fesses et y s’est demandé d’où ça venait vu qu’il était derrière tout le monde et qu’il avait tiré dans le plafond.

Et le samedi matin, le canard était toujours vivant, alors depuis y continue et on le nourrit qu’avec des navets, que des navets, que des navets …

 

Paroles de Robert Lamoureux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page